Aidez moi !

Pourquoi est-il indispensable de faire appel à un commissaire aux comptes ?

Aussi nommé CAC, le commissaire aux comptes est un expert en comptabilité, en gestion d’entreprise et en fiscalité. En France, il n’est pas obligatoire de demander les services d’un tel professionnel. Tout dépend de la taille de l’entreprise. Mais pour des raisons de sécurité et pour la transparence des comptes, l’intervention d’un CAC est nécessaire. Quelles sont ses missions ? Dans quel cas lui faire appel ?

Les missions d’un CAC

Comme souligné plus haut, un CAC intervient dans une entreprise pour détecter le vrai du faux. Si la structure n’est pas en règle conformément aux dispositions de la loi, l’expert doit immédiatement informer le procureur de la République. En effet, un CAC qui cache les faits illégaux se verra remis en question. En termes simples, son rôle principal est de contrôler la sincérité des comptes d’une entreprise. Il effectue pour cela un audit tout en suivant les procédures définies par la législation française.

À la fin de son contrôle, il soumet un rapport sur les comptes annuels au tribunal et aux partenaires de l’entreprise. Ceux-ci pourront à leur tour lire le rapport pour vérifier la véracité de l’information financière fournie par la société. Par ailleurs, le commissaire aux comptes a son mot à dire sur un document comptable mal élaboré par le chef d’entreprise. Vous l’aurez compris, il est indispensable de faire appel à un commissaire aux comptes puisque son intervention dans une entreprise permet de mettre en confiance les partenaires, investisseurs et clients de l’entreprise.

Dans quel cas demander les services d’un CAC ?

Comme souligné un peu plus haut, il n’est pas obligatoire de faire appel à un CAC. Mais quelques conditions peuvent déclencher l’obligation d’avoir cet expert. Par exemple, dans une SA (Société Anonyme), lorsque les comptes dépassent un seuil de quatre millions d’euros de total de bilan ou plus de huit millions de chiffre d’affaires, un commissaire aux comptes doit forcément être nommé.

Dans une société à responsabilité limitée, la désignation d’un CAC devient aussi obligatoire lorsque le chiffre d’affaires hors taxe va au-delà de 8 000 000 d’euros ou si le total du bilan est au-dessus des 4 000 000 d’euros. Précisons également lorsque les salariés sont supérieurs à 50 dans la SA et la SARL, un CAC doit obligatoirement être nommé en AGO (Assemblée Générale Ordinaire).

Qu’en est-il des SAS (Société par Actions Simplifiées) ?

Dans les sociétés par actions simplifiées, certains seuils sont également prévus. En effet, la désignation d’un CAC est obligatoire dans ce type d’entreprise lorsque le nombre des employés dépasse 50 et que le total du bilan est supérieur à 4 000 000 d’euros. À cela s’ajoute également le chiffre d’affaires supérieur à 8 000 000 d’euros. À ces trois seuils, les associés dans les SAS doivent penser à nommer un CAC pour la transparence des comptes. Pour finir, dans les Sociétés en Commandite Simple et dans les SNC, les obligations de nomination d’un CAC sont pareilles que pour les sociétés à responsabilité limitée.